Nice (Alpes-Maritimes)

Classe

Lieu

Nom

fre Nice (Alpes-Maritimes)

Autre(s) forme(s) du nom

ita Nizza (Alpes-Maritimes)
fre Nice (ville)
lat Nicaea (ville ancienne)
gre Nikaia (ville ancienne)

Identique à

Latitude

43.70313

Longitude

7.26608

Coordonnées

N 43°42′11″ E 7°15′58″

Est une partie de

Identifiant pérenne

Reprendre la forme d'autorité

fre Nice (Alpes-Maritimes)

Description

Préfecture des Alpes-Maritimes et deuxième ville de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Nice, à 30 kilomètres de la frontière franco-italienne, est successivement ligure, grecque, romaine, italienne, gênoise, provençale, et appartient au Royaume de Piémont-Sardaigne de 1388 à 1860. En 1860, par référendum, le Comté de Nice est rattaché à la France. Son développement s’est accéléré au XXe siècle sous l’effet de l’attrait touristique de la Côte d’Azur : le climat méditerranéen fait de Nice une station balnéaire et mondaine, attirant aristocratie anglaise et russe en premier lieu. Hôtels de luxe, casinos et villas, églises de nombreuses confessions sont construites. Le bord de mer devient la promenade à la mode, et prend le nom de Promenade des Anglais. Pour le service de ces touristes et pour la construction, une importante immigration fait croître la population niçoise de 52 000 habitants en 1872 à 143 000 en 1911, dont un quart d’origine italienne en 1896. Nice reste longtemps une ville d’immigration et notamment au moment de la décolonisation de l’Afrique du Nord, dans les années 50 et 60 avec le retour des Français du Maroc et d'Algérie et l'immigration des Pieds-Noirs d'Algérie.

Relation(s)

Ville jumelée avec Kamakura depuis 1966

En novembre 1920, Panaït Istrati se rend pour la première fois à Nice, où il tente de se suicider le 3 janvier 1921, dans le jardin Albert Ier. Sur lui, est retrouvée une lettre du 20 août 1919 et des "Dernières paroles" du 1er janvier 1921, adressées à Romain Rolland. Alors que Panaït Istrati travaille comme photographe ambulant sur la Promenade des Anglais, il entretient une correspondance avec Romain Rolland qui le mène à une carrière littéraire à Paris. En février/mars 1924, il est à nouveau photographe ambulant sur la Promenade à Nice.

En janvier 1955, en préparation de leur départ définitif du Maroc, les Bosco achète sur les hauteurs de Cimiez, sur le chemin de l’abbaye de Saint-Pons, à Nice, la « Maison rose », dans laquelle ils s’installent en avril. Henri Bosco y réside jusqu’à sa mort en 1976, participe à la vie de la cité et notamment aux premières années de l’Université de Nice, est honoré du titre de Citoyen d’Honneur de la Ville de Nice en 1970. En 1972, il participe à la création d’un fonds de documentation à la bibliothèque universitaire de Lettres de l’Université de Nice qui accueille ses archives à sa mort.

Ressources liées

Filtrer par propriété

location
Titre Libellé alternatif Classe
Hommage au doyen Trotabas (1898-1985) Lieu de production Texte
Amitié Henri Bosco Lieu du siège principal de la collectivité Organisation
Couverture spatiale
Titre Libellé alternatif Classe
[Sans titre] Couverture spatiale Texte
[Sans titre] Couverture spatiale Texte
[Le fonds ASEMI à Nice] Couverture spatiale Image fixe
[Le fonds ASEMI à Nice] Couverture spatiale Image fixe
[Le fonds ASEMI à Nice] Couverture spatiale Image fixe
Sujet
Titre Libellé alternatif Classe
[Sans titre] Sujet(s) Texte
deathPlace
Titre Libellé alternatif Classe
Thalmann, Clara (1908-1987) Lieu de décès Personne