Dermenghem, Émile (1892-1971)

Description

Diplômé de l’Ecole des Chartes en 1913, Emile Dermenghem est attaché au service de presse du ministère des Affaires étrangères en 1917, et devient ainsi journaliste. Il devient rédacteur puis chef de rédaction au quotidien L’Information, jusqu’à sa disparition en 1938, tout en menant une carrière littéraire. Dès son premier ouvrage en 1917, « La vie affective d'Olivier Minterne » (Crès, 1917) apparaissent des préoccupations ésotériques. Suivirent « Melchisédech », suivi de « Symiamire », puis « Joseph de Maistre mystique », … En 1925, il est envoyé au Maroc couvrir en tant que journaliste la guerre du Rif. Il y est initié à Fez à l’Islam et à la culture marocaine, mystique et ésotérique et sa production littéraire s’oriente alors vers l’Islam, les problèmes politiques et sociaux du Maroc et la culture traditionnelle : en 1926 et 1928 il publie avec Mohammed el Fassi les « Contes fassis » et « Nouveaux contes fassis ». En 1929, il publie une biographie de Mahomet, bien accueillie dans les milieux lettrés musulmans et réédité en 1950. En 1931, il traduit avec son ami Abdelmalek Faraj, « L’éloge du vin » de Omar Ibn Al Faridh, édité avec un bel essai sur le soufisme et la mystique musulmane par son ami René Guénon.
En 1938, à la disparition du journal « L’information », il reprend son métier d’archiviste, d’abord avec un stage aux Archives départementales de Seine-et-Oise (Yvelines), puis est nommé archiviste départemental des Hautes-Alpes. Il n’en continue pas moins de publier des articles sur des questions de spiritualité locales et devient vice-président de la Société d’études des Hautes-Alpes.
En 1942, il est nommé conservateur en chef des Archives de la Délégation générale en Algérie. Au sein de la Bibliothèque du Gouvernement général, il développe d’importants fonds littéraires et islamiques et il assure la succession de Gabriel Esquer à la tête de la « Collection des documents inédits sur l'histoire de l'Algérie », ainsi qu'au Bureau de la Société historique algérienne, qui éditait depuis 1856 la Revue africaine. Il publie à nouveau de nombreux ouvrages d’études islamiques : la « Vie des saints musulmans » (Baconnier, 1942), les « Contes Kabyles » (Charlot, 1945), « Les plus beaux textes arabes » (La Colombe, 1951) ; « Le culte des saints dans l'Islam Maghrébin » (Gallimard, 1954) ; « Mahomet et la tradition islamique » (Éditions du Seuil, 1955) et « Le Pays ďAbel » (Gallimard, 1960), où il étudie les tribus nomades arabes. Il profite de ses inspections dans le pays pour mener des enquêtes sociologiques et ethnographiques, se créant un réseau d’informateurs le plaçant comme l’un des Européens les mieux au fait des évolutions du pays. Il est en parallèle très apprécié des islamologues et hauts fonctionnaires en charge des questions musulmanes et devient ami avec Louis Massignon. Ces contacts avec l’Islam le font pencher vers un syncrétisme islamo-chrétien, symbolisé par son attachement au pèlerinage commun des Sept Dormants.
La guerre d’Algérie et en particulier l’assaut du Gouvernement général et la destruction partielle de la bibliothèque heurte profondément cet homme convaincu de la possibilité de rapprochement des peuples et des religions et il quitte l’Algérie en mai 1962, se met en retraite qu’il vit mélancoliquement et malade en Seine-et-Marne.

Relation(s)

C'est à Fez qu'il rencontre deux jeunes Marocains qui vont l'introduire à l'âme marocaine, Abdelmalek Faraj et Si Mohammed el Fasi. Avec leur aide, il perfectionne sa connaissance de l'arabe et s'intéresse au écrits musulmans. Il les accueillit en retour à Paris pour leurs études, hébergeant Abdelmalek Faraj chez sa mère. Emile Dermenghem utilise leurs collaborations à plusieurs reprises pour ses traductions de textes littéraires arabes et études de mystique musulmane.

Dès 1930, il collabore avec Jean Ballard pour les Cahiers du Sud, participe au numéro spécial de 1931 « Le soufisme : mystiques musulmane et mystique chrétienne », et devient correspondant des Cahiers à Alger après 1942. Il dirige la réédition du numéro spécial "L'islam et l'Occident" en 1947. Il y exprime son idéal de redéfinition de la culture méditerranéenne incluant la rive méridionale, et dans une vision valéryenne, l’examen de la culture musulmane doit révéler les failles du monde occidental, mais celle-ci doit aussi développer la critique de sa vision de la modernité pour éviter la sclérose.

En 1942, il publie la "Vie des saints musulmans" chez l'éditeur Henri Baconnier, à Alger, qui fait beaucoup pour l'essor de la littérature nord-africaine en publiant les jeunes auteurs, dans la collection la Chamelle dirigée par François Bonjean.

Il est probable qu’Henri Bosco est rencontré Émile Dermenghem par l’intermédiaire soit de François Bonjean, soit de ses amis Schveitzer à Alger, à une date inconnue, mais il lui demande en 1943 de participer à « Aguedal ». La bibliothèque personnelle d'Henri Bosco compte plusieurs titres d’Emile Dermenghem sur la mystique musulmane, dont « La Vie de Mahomet » accompagnée d’une dédicace de Dermenghem.

Ressources liées

Filtrer par propriété

Contributeur
Titre Libellé alternatif Classe
L'Islam et l'Occident Contributeur(s) Text
Un poème marocain inédit : "Les Buveurs" de Si Thami al Mdaghri Contributeur(s) Text
L'histoire de Drima : conte kabyle commenté Contributeur(s) Text
traducteur
Titre Libellé alternatif Classe
Poèmes mystiques Traducteur(s) Text
Poèmes Traducteur(s) Text
À travers la littérature mystique Traducteur(s) Text
Un poème marocain inédit : "Les Buveurs" de Si Thami al Mdaghri Traducteur(s) Text
Créateur
Titre Libellé alternatif Classe
Témoignage de l'Islam : Notes sur les valeurs permanentes et actuelles de la civilisation musulmane Créateur(s) Text
Description
Titre Libellé alternatif Classe
Fāsī, Muḥammad ibn ʿAbd al-Wāḥid al- (1908-1991) Biographie Person
Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Faraj, Abdelmalek Relations Person

Forme retenue

fre Dermenghem, Émile (1892-1971)

Autres formes du nom

fre Emile Dermenghem
fre Émile Dermenghem
fre Dermenghem, Emile

Identifiant de la personne dans un référentiel externe

Nom de famille

fre Dermenghem

Prénom(s)

fre Emile
fre Émile

Langue

fre

Nationalité

fr

Genre

masculin

Identifiant pérenne

Date de naissance

1892-01-03

Date de mort

1971-03-15

Lieu de naissance

Récompense(s) reçue(s) par la personne décrite

fre Prix Bordin de l'Académie française (1924)
fre Prix Thérouanne de l'Académie française (1928)
fre Chevalier de la Légion d'Honneur

Profession / Activités

fre Archiviste-paléographe

Reprendre la forme retenue

fre Dermenghem, Émile (1892-1971)