Alexandrie (Égypte)

Description

Alexandrie a été fondée en 331 av. J.-C. par Alexandre le Grand sur le delta du Nil. Dès cette époque, elle devient la capitale de l’Égypte ptolémaïque, l'un des plus grands foyers hellénistiques de la Méditerranée, avec sa riche bibliothèque et un grand port commercial. Lorsque l’Égypte est conquise au VIIe siècle par les Arabes, Alexandrie perd de son importance au profit de la ville arabe du Caire.
Elle reprend de l'importance grâce à sa situation portuaire au XIXe siècle et surtout au XXe siècle, et la nouvelle ville moderne est construite sur la ville antique. Son port est la porte d'entrée de l’Égypte pour les voyageurs européens.

Relation(s)

Lorsque Panaït Istrati quitte la Roumanie, avec son ami Mikhaïl Mikhaïlovici Kazanki, en 1906, vagabondant sans passeport, sans billet jusqu’en 1912, il se rend notamment en Égypte et à Alexandrie. Exerçant de petits boulots, il erre à Alexandrie, notamment à Ramleh, le quartier des riches occidentaux, de casinos et d’hôtels : « Mes jambes lourdes elles-mêmes de tant de bonheur chèrement payé, me conduisaient toujours, en bordure d’Alexandrie, à Ramleh, d’où les palmiers africains contemplent par-dessus la Méditerranée, leurs frères échelonnés sur les Côtes d’Azur, sur les Ramleh européennes. La même mer les caresse ou les rudoie. Le soleil généreux comme nous le connaissons, les baigne des mêmes violents rayons. » (Nerrantsoula). Mais « ce n’est pas à Alexandrie, mais au Caire qu’on se sent vraiment en Égypte » (Méditerranée, lever du soleil) et il descend rapidement vers le Sud. Il retourne à Alexandrie en 1930 pour une tournée de sa femme « Bilili », (Marie-Louise Baud-Bovy), mais il est refoulé à la descente du navire et emprisonné à Trieste. C’est alors qu’il ne lui est plus possible de voyager et de débarquer en Égypte qu’il écrit les récits de ces vagabondages orientaux.

En 1915, zouave dans l'Armée d'Orient, Henri Bosco est blessé et, depuis Moudros, sur l'île de Lemnos, est évacué vers Alexandrie, où il est soigné au collège Sainte-Catherine transformé en hôpital et tenu par les Frères des Écoles chrétiennes. Il évoque la ville et cette rencontre avec ces religieux dont il garda un bon souvenir dans son manuscrit de 1923-1924 "La Chapelle d'Eygalières" :
"Il vit Alexandrie, ville morne, humide, étouffante, avec ses quais anglais qui sentent le pétrole, la laideur de ses maisons closes le dimanche, l'ennui - sous un grand souvenir.
Des ecclésiastiques l'accueillirent affectueusement. Il a même laissé paraît-il, dans leurs cœurs, plus que le bruit d'un nom qui passe."

Ressources liées

Filtrer par propriété

Couverture spatiale
Titre Libellé alternatif Classe
Le refrain de la fosse : Nerrantsoula Couverture spatiale Text
Méditerranée : lever du soleil Couverture spatiale Text
Regards d'Alexandrie Text
birthPlace
Titre Libellé alternatif Classe
Suarès, Carlo (1892-1976) Lieu de naissance Person
Ḥakīm, Tawfiq al- (1898-1987) Lieu de naissance Person
containsPlace
Titre Libellé alternatif Classe
Égypte Lieu compris dans ce lieu Location