Martin, Pierre Joseph (1869-1954)

Classe

Personne

Forme retenue

fre Martin, Pierre Joseph (1869-1954)

Autres formes du nom

fre Pierre Martin
fre Pierre Joseph Martin

Pseudonyme(s)

fre Beppi-Martin
fre Bepi-Martin

Identifiant de la personne dans un référentiel externe

Nom de famille

fre Martin

Prénom(s)

fre Pierre Joseph

Langue

fre

Nationalité

fr

Genre

fre masculin

Identifiant pérenne

Date de naissance

1869

Date de mort

1954

Lieu de naissance

Lieu de décès

Portrait, représentation de la personne

Profession / Activités

fre Peintre

Reprendre la forme retenue

fre Martin, Pierre Joseph (1869-1954)

Description

Né à Seyssel en 1869, Pierre Joseph Martin part après sa licence de Droit à Lyon pour Paris où il fréquente les ateliers de L’Ecluse et de Colarossi. A Lyon, il fréquente beaucoup le Musée et est touché par les peintres Puvis de Chabannes et Delacroix, à Paris, il fait la connaissance de S. Moron, Charles Martel, Piogier avec qui il voyage en Egypte en 1895, visitant les grands sites de Louxor, Edfou, Assouan…. Pendant ses six mois de séjour, il y rencontre le peintre Emile Bernard, qui est installé au Caire depuis deux ans, qui l’influence beaucoup. Après l’Egypte, il visite aussi l’Italie, Naples, Milan, Rome, et s’installe en Sicile où il est renommé Beppi, diminutif de Giuseppe. Il se rend également à Venise où il fait la connaissance de Georges Rémond par l’intermédiaire de leur ami Emile Bernard.
En 1907, il retourne en Egypte où il s’installe en 1909. En 1910, il s’installe avec son épouse au Caire, d’abord à al-Marg, faubourg verdoyant où il partage un atelier avec le peintre Raymond Coiquaud de Fontanes, puis à la « Maison des Arts » : cet ancien manzil ottoman se situe sur la rue de Darb al-Labbana, au pied de la citadelle Mohamed Ali, donc proche des monuments les plus remarquables de la période mamelouke comme la mosquée du Sultan Hassan ou la madrasa Qayt Bey, dans un quartier ancien qui attire les peintres par . Le peintre Mohamed Naghi partage son atelier.
A partir de 1912, il revient en France, passe les années de guerre en Savoie et à partir de 1921, collabore avec Robert Laurent-Vibert à la restauration du château de Lourmarin. Il est nommé administrateur de la fondation de Lourmarin par les dispositions testamentaires de ce dernier en 1925. Il repart en Egypte après la guerre où il devient, en 1922, professeur de peinture et dessin à l’Ecole des Beaux-Arts du Caire (située sur l’île de Zamalek au centre du Nil).. Il participe au groupe « La Chimère » avec Roger Bréval, Boeglin, Mahmoud Saïd, Mahmoud Moukhtar et Mohamed Naghi, qui loue aussi un atelier à la « Maison des arts ». Avec Louis Hautecoeur, Georges Rémond et Henri Terrasse, il fonde le Musée d’Art moderne du Caire, qu’il installe en 1936 dans les locaux de la rue Qasr al-Nil et dont il est nommé conservateur par Georges Rémond, contrôleur des Beaux-Arts en Egypte. En 1933, Les Amis de la Culture française en Egypte lui consacrent une exposition individuelle, organisée à l’initiative de Morik Brin.
Il meurt le 13 avril 1954 à l’Hôpital français du Caire. Une rétrospective lui est consacrée en hommage à l’Atelier du Caire.

Collections

Ressources liées

Filtrer par propriété

Créateur
Titre Libellé alternatif Classe
Le tombeau de Laurent-Vibert Créateur(s) Texte