Schuwer, Camille

Classe

Personne

Forme retenue

fre Schuwer, Camille

Autres formes du nom

fre Camille Schuwer

Identifiant de la personne dans un référentiel externe

Nom de famille

fre Schuwer

Prénom(s)

fre Camille

Langue

fre

Nationalité

fr

Genre

fre masculin

Identifiant pérenne

Date de naissance

fre 30 janvier 1888
1888-01-30

Date de mort

fre décembre 1981
1981-12

Lieu de naissance

Lieu de décès

Profession / Activités

fre Professeur

Collègue

fre Collègue et ami d’Henri Bosco à l’Institut français de Naples de 1920 à 1924. Henri Bosco lui dédie « Irénée », ainsi que son texte inédit « Petella », et le transpose dans un personnage alter ego nommé Cyrille Sylvère, dans ses deux premiers romans écrits dans cette période « Pierre Lampédouze » (1924) et « Irénée » (1928).

Reprendre la forme retenue

fre Schuwer, Camille

Description

Camille Schuwer suit des études de philosophie et est licencié en 1909. Lors de ses études à Paris, il rencontre à la bibliothèque de la Sorbonne sa future femme en 1916, Sarah Cymboliste, Russe originaire de Kiev. Bien qu’adhérant aux idées pacifistes de Bertrand Russell, qui lui valent une brève incarcération à Vincennes pour avoir refusé de passer soldat première classe, il accomplit ses trois ans de service militaire à partir de 1909. Une fois libéré, il part en Allemagne approfondir ses études de philosophie, au printemps 1913 à Berlin, en 1914 à l’Université de Heidelberg. La guerre le rattrape alors qu’il vient de rejoindre Paris, et il est mobilisé comme secrétaire de l’escadron Spa 89. Après la guerre, il passe l’agrégation et en 1921, il est nommé sur son premier poste à Saint-Omer qu’il occupe brièvement, ayant candidaté comme lecteur, et ayant été sélectionné par Paul-Marie Masson pour participer à la fondation de l’Institut français de Naples. Il y enseigne l’histoire de la philosophie française de 1921 à 1924. Après ces quatre années, il obtient un poste au lycée d’Alger où il reste quatre ans, avant de regagner Paris où il occupe des postes successivement aux lycées Lakanal (Sceaux), Saint-Louis et Louis-le-Grand où il dirige les classes de philosophie et de lettres supérieures.
Poète depuis sa jeunesse, il publie dans de petites revues, et participe auprès de Raymond Queneau au comité de rédaction de « Volontés » entre 1937 et 1939. Il publie également de nombreux articles de philosophie principalement dans la « Revue de métaphysique et de morale », la « Revue philosophique » ou le « Journal de Psychologie », et deux livres de philosophie « La Signification métaphysique du suicide » et « Les Deux Sens de l'art ». En 1945, après avoir perdu sa femme en 1940, il prend une première retraite anticipée pour s’installer à Nice, à Cimiez, où il rend notamment visite à Matisse qu’il avait bien connu avant la Première Guerre mondiale. Il reprend cependant l’enseignement quelques années au lycée du Parc impérial, jusqu’au début des années 1960. Retraité définitivement, il s’installe aux Issambres à Roquebrune-sur-Argens, mais continue de faire de nombreux voyages en Italie.

Ressources liées

Filtrer par propriété

Créateur
Titre Libellé alternatif Classe
Capri Créateur(s) Texte
Télégramme pour un départ Créateur(s) Texte