Bosco, Henri (1888-1976)

Description

Henri Bosco est né en Avignon, le 16 novembre 1888 de Louis Bosco (1847-1927), artiste lyrique au Conservatoire d’Avignon, et de Louise Faléna (1859-1942), née à Nice. Ses prénoms pour l’état civil sont Fernand Marius, et il reçoit au baptême ceux de Henri Joseph.
Agrégé d'Italien en 1911 après des études à l'Université de Grenoble, il enseigne au Lycée d’Avignon, puis à Bourg-en-Bresse et au Lycée de Philippeville, en Algérie. Entre 1914 et 1918, mobilisé au 4ème régiment de zouaves, Henri Bosco devient sergent interprète dans l’Armée d’Orient. Au hasard des missions, il relève et déchiffre de nombreuses inscriptions antiques, et rencontre Charles Picard, Jerôme Carcopino, Georges Rémond, Robert-Laurent Vibert.
De 1920 à 1930, il est détaché de l’Université de Grenoble à l’Institut français de Naples. Il écrit des poèmes marqués par la Provence, dont les recueils sont publiés aux Terrasses de Lourmarin, maison d’édition de son ami Noël Nougat-Vesper. Il collabore à la revue Le Feu, dirigée par Joseph d’Arbaud. Son premier roman Pierre Lampédouze parait en 1924.
En 1922, Robert-Laurent Vibert l’invite pour la première fois au château de Lourmarin, qui deviendra la « Petite Villa Médicis de Provence », résidence d’artistes tels que Louis Riou, Jean Grenier, Gabriel Audisio…. Henri Bosco deviendra en 1941 l’un des administrateurs de la fondation Laurent-Vibert, fondée par l’Académie des Sciences Agriculture, Art et Belles Lettres d’Aix-en-Provence.
Il épouse Madeleine Rhodes le 16 juillet 1930 à Ollioules (Var). De 1931 à 1955, commence la période marocaine : il enseigne les Lettres classiques à Rabat au Lycée Gouraud, puis prend sa retraite anticipée en 1945 après avoir reçu le Prix Renaudot pour Le Mas Théotime. Président de l’Alliance française au Maroc, il collabore activement à la vie intellectuelle au Maroc en fondant une revue Aguedal qui publie ses propres textes, et ceux de Gabriel Audisio, Henri Pourrat, etc. ; en métropole il publie dans Les Nouvelles littéraires, L’Arche, Les Cahiers du Sud de Jean Ballard, ou encore L’Astrado de Louis Bayle, Marseille de Louis Brauquier et Gabriel Audisio, et participe chaque année au prix Ventabren pour la littérature provençale. Il développe des amitiés également avec Gabriel Germain, le poète Armand Guibert, l’écrivain Ahmed Sefriou, Marcel Provence. En 1953, le Grand Prix national des Lettres récompense l’ensemble de son œuvre.
En 1955, Henri Bosco quitte le Maroc. Il s’installe à Nice, sur les hauteurs de Cimiez, à « La Maison Rose ». Il donne de nombreuses conférences en Europe, préside des jurys de prix littéraires et siège au Conseil de l’Université de Nice nouvellement créée en octobre 1965. Il séjourne fréquemment à Lourmarin entre le « Bastidon » et le château, siège de la Fondation Laurent-Vibert. Il meurt à Nice le 4 mai 1976.

Collections

Relation(s)

A la naissance de l'Université en 1965, Henri Bosco fait partie du Conseil, restant ainsi en contact avec le monde enseignant et la jeunesse étudiante.

Henri Bosco a pu entendre parler de René Guénon dès les années 1920 par l’intermédiaire de Jean Grenier en contact avec René Guénon, mais surtout par celui du peintre Pierre Girieud et de Mario Meunier, le rédacteur de la revue « Le Feu », à laquelle Henri Bosco participe régulièrement à partir de 1924 ; ou encore plus tard, dans les années 1930, par les poètes Vincent Muselli et Noël de la Houssaye, fondateurs de la revue « Eurydice ». Il n’est pas impossible qu’ils aient eu des relations communes parmi les gens de lettres provençaux. Aux dires de Gabriel Germain, la bibliothèque d’Henri Bosco comprend déjà quelques titres de René Guénon avant la guerre. A partir de 1938, c’est François Bonjean, qui connait personnellement Guénon et qui suit la revue des « Etudes traditionnelles », qui l’oriente dans l’œuvre de René Guénon. La correspondance entre François Bonjean et Henri Bosco fait état des nombreuses discussions sur Guénon, des lectures et relectures, et du rôle d’« inspirateur de spiritualité » de Bonjean pour Henri et Madeleine Bosco. Celle-ci écrit à François Bonjean et Lalla Touria le 16 janvier 1942 : « J’ai lu Guénon avidement et aussi lentement en restant des heures à rêver sur un mot et aussi studieusement avec un cahier et des notes […] Je n’ai plus que le souvenir d’une exaltation qui m’a déposée sur un lieu indicible où tout m’est apparu sous un jour nouveau ». Le couple reçoit les ouvrages du métaphysicien en juillet 1941 : « Autorité spirituelle et Pouvoir temporel », « Le Symbolisme de la Croix », « Orient et Occident », « Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues », « Les États multiples de l'être », « Le Roi du Monde », « L’Esotérisme de Dante ». La bibliothèque personnelle d’Henri Bosco comprend 12 titres de René Guénon et des numéros de la revue des « Études traditionnelles ». Henri Bosco diffuse lui-même la Doctrine et prête les livres de Guénon à Denise Masson en 1941, ainsi qu’à Pierre Prévost en 1944. Celui-ci dépeint Henri Bosco comme très marqué par René Guénon : « Les idées exposées par ce dernier avaient beaucoup influencé ses propres écrits, m’apprit-il. Il me trouvait trop résistant à la « tradition » ; à un ami commun, il confia que j’étais très marqué par la sociologie. » (Prévost, « Pierre Prévost rencontre Georges Bataille », 1987, p. 116).
En 1943, Ahmed Sefrioui organise à Fez la rencontre de François Bonjean et Henri Bosco avec Si Abdallah, le disciple de Guénon. Henri Bosco lui rend visite plusieurs fois jusqu’en mai 1946 et sort très marqué de cette dernière rencontre en particulier, au cours de laquelle Pierre Georges lui transmet les paroles de Guénon : « Le monde est jugé. Les sages se retirent. Ils sont rentrés dans l’invisible. ». Henri Bosco les consigne dans son Diaire, et explique à François Bonjean qu’il s’agit d’un « véritable avertissement initiatique, transmis depuis les centres inconnus auxquels il était relié ». (Lettre à François Bonjean, 4 mai 1946). Ces rencontres lui permirent d’approfondir sa connaissance de la doctrine guénonienne et firent l’objet de deux récits dans « Sites et mirages » et dans l’article « Trois rencontres » paru dans l’hommage de la NRF à André Gide. Cet article hommage est aussi un hommage à René Guénon, mort un mois avant Gide en janvier 1951, nouvelle qu’il apprend alors qu’il est à Amizimiz, en train d’écrire « L’Antiquaire », et où il a apporté « Le Roi du monde » et « Orient et Occident » (Lettre à Bonjean 27 janvier 1951). Il s’intéresse encore à René Guénon en 1953, puisqu’il indique à François Bonjean qu’il a lu le « René Guénon » de Paul Sérant et participe au numéro hommage de France-Asie. En 1956, dans une tournée de conférences, il parle de Mistral, de Guénon et des Deux-Provence : « Pour le premier et le dernier sujet, cela allait de soi. Mais Guénon ! […] Figurez-vous qu’en cette salle (une chambre monumentale de commerce) où j’allais évoquer Guénon et Valéry, s’étaient égarés quelques poujadistes. Ils s’étaient […] trompés d’étage, et ne s’attendaient pas à ces premières phrases où j’évoque successivement : la ruine de l’Occident, selon Valéry, et le sinistre Kali-Yuga. » (Lettre à Philippe Guiberteau, 1er mai 1956). La même année, dans une enquête auprès de grands écrivains sur leur bibliothèque idéale, dirigée par Raymond Queneau pour Gallimard, parmi 297 titres, Bosco cite six ouvrages de Guénon (Queneau, R., « Pour une bibliothèque idéale », Gallimard, 1956, p. 66). Néanmoins, il cesse progressivement de le lire et déclare en 1964 que « [François Bonjean] et Guénon sont maintenant des ombres », liées au Maroc, qui s’estompent après le retour en France en 1955 (cité par Jean Tourniac, « Présence de René Guénon », 1993, volume 1).
Henri Bosco reconnait encore dans une lettre à François Bonjean du 19 juillet 1960 sa dette intellectuelle à François Bonjean et René Guénon, « une certaine connaissance [qui] a imprimé à [son] œuvre un mouvement dont les effets durent encore ». Dans ses œuvres, Henri Bosco use en particulier des ouvrages de métaphysique hindoue, comme « L’homme et son devenir selon le Vêdanta », notamment de son idée des trois gunas, du « Symbolisme de la Croix » et de son thème de « l’exaltation et l’amplitude », du « Roi du monde », et de son idée centrale des cycles et de l’achèvement contemporain d’un cycle. La découverte de René Guénon est concomitante aussi avec la Seconde Guerre mondiale : on voit l’influence de Guénon dans sa description de son sentiment face aux évènements. Il le décrit non en termes politiques, mais en termes bibliques et hindoues, faisant référence à la vision cyclique de l’histoire exposée par Guénon et employant souvent le terme hindou de Kali-Yuga. « Nous sommes pris dans la spire de l'âge de fer, où le mal va fatalement croissant et tourne de plus en plus vite. Temps de la douleur, de la bestialité, de la confusion, de l'écrasement des valeurs humaines. Cela est connu, prévu, inévitable. C'est la fin d'un cycle — avant le retour à l'Age d'or et le départ vers un autre cycle. Les grandes traditions l'annoncent. Il n'y a rien à faire. » (Lettre à Jules Roy, 14 novembre 1944). En 1942, il entreprend la traduction de l’Apocalypse de Saint Jean, éditée avec les œuvres d’Edy-Legrand par la Galerie Derche de Casablanca : l’ouvrage est parsemé de références maçonniques, kabbalistiques, astrologiques, pythagoriciennes. Il trouve confirmation de ce sentiment apocalyptique dans « Le Règne de la Quantité et les Signes du Temps » que Guénon fait paraître en 1945, où il démontre que c’est l’action de la contre-tradition qui est à l’œuvre dans la guerre. Il faut néanmoins relativiser le guénonisme d’Henri Bosco. Sans aller jusqu’aux dires de Gabriel Germain et Philippe Guiberteau qui rejettent l’idée d’une influence quelconque, car eux-mêmes ont rejetés les idées de René Guénon, il est juste de dire qu’Henri Bosco restait un esprit indépendant et peu, voire pas du tout, intéressé par les écoles, qu’elles soient philosophiques ou littéraires, qu’il n’a pas été adepte exclusif. Comme le dit Gabriel Germain dans « Quarante ans d’amitiés », « [Henri Bosco] agissait en tout comme les grands classiques : il prenait son bien là où il le reconnaissait ». L’influence est donc principalement dans la réponse qu’elle apporte à l’attente spirituelle préexistante d’Henri Bosco et dans la confirmation de son orientation intuitive vers le culte catholique du Saint-Esprit, exprimée dès « L’Âne Culotte », renforcée dans « Hyacinthe », « Le Jardin d’Hyacinthe », « Le Mas Théotime », « Malicroix », « L’Antiquaire ». Ainsi, dans une lettre à François Bonjean du 21 avril 1941, déclare-t-il : « Or, depuis que j’y accède un peu [ à la doctrine de Guénon] (à peine un pas sur le seuil !), je trouve des raisons solides qui me confirment dans mon orientation naturelle : vous savez que j’ai le culte du Saint-Esprit ». Pour René Guénon, les états supérieurs de l’être ne peuvent être atteints qu’avec l’action du Buddhi, le principe intellectuel pur d’ordre universel qui relie tous les états de l’être, et qui est symbolisé par un rayon partant du soleil « Roi du monde ». Dans ce rayon, ce principe, Henri Bosco voit le Saint-Esprit chrétien et retrouve donc dans la lecture de Guénon « de nouvelles raisons de croire, catholiquement » (« Trois rencontres », dans « Hommage à André Gide », La Nouvelle revue française, novembre 1951, p. 276). Et retrouve dans l’ésotérisme de René Guénon de quoi réalimenter le catholicisme contemporain qu’il critique vertement : « Je regrette seulement que le mouvement actuel du catholicisme le porte vers une prédominance du côté moral (et utilitaire) aux dépens de ce qui en fait la valeur, le surnaturel. Il est mû par des religieux qui rêvent d’une sorte de calvinisme qui puisse satisfaire les esprits d’abord rationnels ; l’ésotérisme chrétien risque d’y perdre le peu qui lui restait de mystère. Et j’en suis désolé » (29 décembre 1964, cité dans Jean Tourniac, « Présence de René Guénon », 1993, volume 1, p. 26bis).

Ressources liées

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Guiberteau, Philippe Relations Person
Dermenghem, Émile (1892-1971) Relations Person
Lourmarin (Vaucluse) Relations Location
Rabat (Maroc) Relations Location
Nice (Alpes-Maritimes) Relations Location
Marseille (Bouches-du-Rhône) Relations Location
Avignon (Vaucluse) Relations Location
Bourg-en-Bresse (Ain) Relations Location
Luberon (France ; massif) Relations Location
Audisio, Gabriel (1900-1978) Relations Person
Poésie Relations Concept
Alexandrie (Égypte) Relations Location
Provence (France) Relations Location
Créateur
Titre Libellé alternatif Classe
Sites et mirages Créateur(s) work
Villages et bergers de Haute Provence Créateur(s) Text
[Sans titre] Créateur(s) Text
Sujet
Titre Libellé alternatif Classe
La lumière dans les récits Hyacinthe et Le Récif d’Henri Bosco Sujet(s) Text
Amitié Henri Bosco Organization

Forme retenue

fre Bosco, Henri (1888-1976)

Autres formes du nom

fre Henri Bosco
oci Bosco, Enri
fre Bosco, Fernand Marius
fre Bosco, Henri Joseph

Pseudonyme(s)

fre Innocent I
fre Innocent II
fre Innocent III
fre Innocent IV
fre Innocent V
fre Akbar
fre Jacques Braud
fre Jérôme Duterroy
lat Igitur
fre Jacques Gerbaud
fre Jean Driotte

Identifiant de la personne dans un référentiel externe

Nom de famille

fre Bosco

Prénom(s)

fre Henri
fre Fernand Marius
oci Enri
fre Henri Joseph

Langue

fre
oci

Nationalité

fr

Genre

fre masculin

Identifiant pérenne

Date de naissance

1888-11-16

Date de mort

1976-05-04

Lieu de naissance

Lieu de décès

Portrait, représentation de la personne

Récompense(s) reçue(s) par la personne décrite

fre Prix Renaudot pour Le Mas Théotime (1945)
fre Prix Louis Barthou de l'Académie française (1947)
fre Prix des Ambassadeurs (1949)
fre Grand Prix National des Lettres (1953)
fre Grand Prix de la Méditerranée (1965)
fre Grand Prix du roman de l'Académie française (1968)
fre Croix de guerre 1914-1918
fre Médaille militaire serbe
fre Commandeur de l'Instruction publique
fre Chevalier de la Couronne d'Italie
fre Commandeur de l'Ordre national des Lettres
fre Officier de la Légion d'Honneur
fre Citoyen d'Honneur des Villes de Nice, Avignon et Marseille

Site web de ou sur la personne décrite

Profession / Activités

fre Professeur

Source de la notice

fre Biographie basée sur la "Notice biographique" par Monique Baréa, ainsi que sur des éléments complémentaires établis par Claude Girault.

Reprendre la forme retenue

fre Bosco, Henri (1888-1976)