Laurent-Vibert, Robert (1884-1925)

Description

Né en Savoie en 1884, Robert Laurent s’installe en 1887 avec sa famille en Guyane pour le travail de son père, mais suite aux difficultés d’adaptation au climat doit revenir en France avec sa mère, qui meurt en mai 1892. Elle laisse ses deux fils aux soins de son tuteur, l’industriel François Vibert (1846-1912), qui les adopte quand leur père meurt également en Guyane le 18 janvier 1894. L’aventure guyanaise lui laisse malgré tout un souvenir marquant et une grande curiosité dans sa scolarité à l’Ecole Ozanam de Lyon, où il rencontre Mathieu Varille, puis au Lycée Ampère où il rencontre Alphonse Prelle. Il grandit également dans l’influence de son second tuteur, Jean Vernardet, conducteur aux Ponts et Chaussées, grand érudit, qui se passionnait pour l’histoire préhistorique et l’histoire de la Gaule et pratiquait l’épigraphie. Il suit également l’enseignement d’Edouard Herriot au Lycée qui l’oriente vers l’Ecole Normale et lui transmet la culture littéraire classique. Il commence à écrire, publier dans de petites revues, s’intéresse à l’histoire des livres et de l’imprimerie, qui trouve une étape logique dans sa rencontre et de nombreuses collaborations avec l’imprimeur Marius Audin.
Il est admis à l’Ecole normale à Paris en juillet 1903, fait son service militaire et intègre l’Ecole en 1904, où il étudie l’histoire et en particulier l’histoire de la fin de la République romaine. En complément, il fréquente l'École pratique des hautes études, où il suit notamment les cours d’histoire littéraire de la Renaissance d’Abel Lefranc, animateur des études rabelaisiennes. Il sort agrégé d’histoire en 1907 et part ensuite pour l’Ecole française de Rome où il étudie l'industrie à la fin de la République romaine. Il accompagne son condisciple André Piganiol dans les fouilles de Minturnes et de sa région, territoire de la tribu des Aurunques, puis au printemps 1909, dans celles des ruines d’Haïdra en Tunisie. De retour en France, il occupe un premier poste de professeur d’histoire au lycée Rouget-de-Lisle de Lons-le-Saulnier, entre Pâques 1910 et juillet 1911.
Sous-lieutenant de la 8e compagnie du 22e régiment d’infanterie, puis lieutenant de la 6e compagnie en avril 1915, il est blessé autour du 6 octobre 1915 et évacué à Troyes. En janvier 1916, il est affecté à l’Armée d’Orient, à Salonique où il reste stationné jusqu’en octobre 1918. Il est attaché d’abord au ravitaillement civil, puis passe adjoint du sous-intendant Bonnier. Avec Henri Bonnier, il apprend à connaître la Macédoine et sa situation économique, et en prévision de l’après-guerre et de la reprise du commerce international, et avec l’objectif de placer la France en tête de ce commerce, il crée le Bureau commercial et publie de nombreux articles et documents dans le « Bulletin commercial de Macédoine » (septembre 1916-1919). Il crée à Salonique également la « Revue franco-macédonienne », dans l’optique d’améliorer l’image de la Macédoine auprès des Français, puis les « Cahiers d’Orient » à partir de juillet 1918, mais aussi une bibliothèque spécialisée sur la Macédoine. Il présente son analyse des rapports avec la Macédoine au sous-secrétaire de la Marine marchande Bouisson qui lui vaut de participer un temps au cabinet de celui-ci et aux conférences préliminaires de la paix à Spa et d’être délégué de la Commission Economique pour l’élaboration du traité de Versailles en 1919.
En automne 1918, il est rentré en France définitivement, en dehors de quelques voyages temporaires par exemple en décembre 1919 au Maroc, ou au printemps 1923 et en 1924 en Egypte, en Syrie, en Palestine, en Turquie et en Mésopotamie, voyages dont il fait le récit dans « L'Orient en mai 1923 » et « Ce que j’ai vu en Orient ». Il s’intéresse toujours à l’Orient par le côté livresque, achetant en 1920 une importante collection de récits de voyages dans le Levant lors de la vente de la bibliothèque des Jésuites, dont il tire ensuite l’anthologie « Routiers, Pèlerins et Corsaires ».
Secondant son père adoptif à la tête de l’entreprise Pétrole Hahn depuis 1911, il lui succède après sa mort en 1912 et développe considérablement l’entreprise avec une politique très sociale. Dans cette optique, il organise et dirige le syndicat de la parfumerie à Lyon. En parallèle, il poursuit des œuvres intellectuelles et de mécénat, comme la restauration du château de Lourmarin, et une entreprise d’inventaire des monuments d’architecture Renaissance en Provence et Comtat Venaissin, qu’il ne peut mener à son terme suite à son décès le 26 avril 1925 survenu après un accident de voiture avec l’éditeur Georges Crès, sur la route de Givors (Loire).

Relation(s)

Robert Laurent-Vibert avait gardé un merveilleux souvenir de son séjour à Rome au sein de l’Ecole Française après ses études à l’Ecole Normale Supérieure Lettres de Paris. Il avait également apprécié l’ambiance de la Villa Médicis où séjournaient les lauréats des Prix de Rome. D’où son souhait de créer à Lourmarin une ” Petite Villa Médicis de Provence ” qui accueillerait des pensionnaires durant l’été. En 1923, il avait légué par testament le Château de Lourmarin et l’ensemble de ses collections à l’Académie des Sciences, Agriculture, Art et Belles Lettres d’Aix-en-Provence. L’Académie d’Aix met en place la Fondation souhaitée, après sa disparition brutale en 1925, qui sera reconnue d’utilité publique en 1927.

En août 1920, au cours d’une excursion en automobile, Robert Laurent-Vibert découvre les ruines du Château de Lourmarin, représentatif de la Renaissance française dans le Vaucluse, mais laissé dans un état de délabrement et d’abandon par son propriétaire. Il sert notamment de gîte d’étapes aux Caraques sur le chemin des Saintes-Maries-de-la-Mer. Il décide de le racheter alors qu’il est en vente au prix de la pierre, et de le restaurer avec ses amis.

C’est à Salonique en 1915 qu’Henri Bosco rencontre Robert Laurent-Vibert par l’intermédiaire de Georges Rémond. Après la guerre et après l’achat du château de Lourmarin, dans son projet de renouveau de la vie intellectuelle, Robert Laurent-Vibert invite Henri Bosco, alors professeur à Naples, à sa joindre aux amis réunis à Lourmarin à Pâques 1922. Premier séjour, marquant, suivi de nombreux autres, et qui marque le tournant littéraire d’Henri Bosco passant, encouragé notamment par Robert Laurent-Vibert des grands poèmes épiques, que celui-ci n’appréciait pas beaucoup, ayant quelque peu oublié dans ses papiers les brouillons de ceux-ci que lui avait confié Henri Bosco, au roman, avec « Pierre Lampédouze », récit que Robert Laurent-Vibert, au contraire, soutient en sollicitant ses amis, dont il est aussi le mécène, l’imprimeur lyonnais Marius Audin et l’éditeur parisien Georges Crès. Dans les séjours successifs d’Henri Bosco à Lourmarin, Robert Laurent-Vibert le sollicite aussi pour ses talents de musicien : Henri Bosco met en scène au château trois pièces de Robert Laurent-Vibert, « Point de lendemain », « L’Age malgré lui » dont il écrit la musique avec Joseph Schwab en 1923 et « L’arbre de vérité » en 1924. A la mort de Robert Laurent-Vibert, Henri Bosco fait tout pour rapatrier le corps de son ami à Lourmarin et s’inquiète de la destinée de la collection des Terrasses de Lourmarin, créée pour diffuser les textes du cercle d’amis. S’il ne figure pas dans les membres du premier Conseil de la Fondation désignés par le testament par Robert Laurent-Vibert, il participe activement à la création et à la vie de celle-ci. En 1926, dans « Le Tombeau de Laurent-Vibert » des amis de Lourmarin édité par Marius Audin, il résume l’importance de robert Laurent-Vibert de sa communauté de Lourmarin :« Nous l’aimions. Il n’est plus. Et cependant, il reste, pour une humble Communauté de Provence cachée sous l’olivier au pied d’une montagne, le Maître qu’on n’oubliera pas. » (page 147).

Ressources liées

Filtrer par propriété

Créateur
Titre Libellé alternatif Classe
Ce que j'ai vu en Orient : Mésopotamie, Palestine, Syrie, Egypte, Turquie : notes de voyage 1923-1924 Créateur(s) Texte
L'Art bouddhique d'après Henri Focillon Créateur(s) Texte
Le sophisme de la compétence Créateur(s) Texte
Le sophisme parlementaire Créateur(s) Texte
Les malheurs d'une honnête famille : mœurs provinciales du XVIIIe siècle Créateur(s) Texte
L'Orient en mai 1923 : notes de voyage Créateur(s) Texte
Routiers, pélerins et corsaires aux Échelles du Levant Créateur(s) Texte
Description
Titre Libellé alternatif Classe
Figures de la voie sacrée Texte
Fondation de Lourmarin Robert Laurent-Vibert Description Organisation
Provenance
Titre Libellé alternatif Classe
L'inquiétude démocratique Texte
Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Pacon, Henri (1882-1946) Relations Personne
Vesper, Noël (1882-1944) Relations Personne
Pages marocaines Relation(s) work
Girieud, Pierre (1876-1948) Relations Personne

Classe

Personne

Forme retenue

fre Laurent-Vibert, Robert (1884-1925)

Autres formes du nom

fre Vibert, Robert Laurent-
fre Robert Laurent-Vibert
fre Robert Laurent
fre Laurent; Robert

Identifiant de la personne dans un référentiel externe

Nom de famille

fre Laurent-Vibert
fre Laurent

Prénom(s)

fre Robert

Langue

fre

Nationalité

fr

Genre

fre masculin

Identifiant pérenne

Date de naissance

fre 14 mars 1884
1884-03-14

Date de mort

fre 26 avril 1925
1925-04-26

Lieu de naissance

Lieu de décès

Récompense(s) reçue(s) par la personne décrite

fre Croix de guerre
fre Chevalier de la Légion d'honneur

Profession / Activités

fre Professeur
fre Industriel
fre Archéologue

Reprendre la forme retenue

fre Laurent-Vibert, Robert (1884-1925)